TESS - WoWo Magazine
571
post-template-default,single,single-post,postid-571,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

TESS

Loin des traditionnels shows hollywoodiens, le film sud-africain « Tess » brille par sa nature décomplexée et brute de réalisme. L’histoire romancée « presque » banale d’une jeune prostituée de 20 ans n’est pourtant pas originale en soi. Cela, la réalisatrice Meg Rickards l’a bien compris. L’absence totale d’enjolivement peut d’ailleurs surprendre dès les premières minutes du film. Son idée est de dévoiler la vie quotidienne de Tess sans nous épargner le moindre malaise.

Interprétée par l’actrice Christia Visser, Tess survit dans les rues du Cap à l’aide de doses abusives d’antalgiques. Un dilemme se pose lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte. Grâce à de brèves séquences, le spectateur entrevoit son enfance tourmentée et les démons enfouis qui l’ont poussée inconsciemment à opérer certains choix plutôt que d’autres.

En prenant l’option d’une bande sonore riche préférée à des dialogues continus, Meg Rickards accentue l’effet d’authenticité. Cela se ressent également dans la neutralité de ton qu’elle adopte. Les protagonistes reflètent souvent avec horreur, parfois avec bienveillance, les différents types de personnalité souvent occultés qui hantent le quotidien.

Par ce film, Meg Rickards et Christa Visser nous rappellent une fois de plus que le jugement n’amène à rien. Seules l’empathie, la volonté et la persévérance sont les véritables ingrédients indispensables à toute réussite.

Clémence M.

WoWo Community
hello@programmehero.com

Le réseau des femmes porteuses de projets !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.